Bears and Birds

Sylvie Noailles

Artisanat écoresponsable

Alliant fantaisie et créativité à précision et rigueur, je crée et couds, 

pour le bien-être ou la maison,  des accessoires qui s'inscrivent dans
 une démarche zéro déchet et écoresponsable.

Je vous propose des accessoires pour la maison ou pour le bien être  que je crée et couds, alliant fantaisie et créativité à précision et rigueur.
Ces articles s'inscrivent dans une démarche éco-responsable.

Des textiles de qualité, de la couleur, de la diversité.

Tissus recyclés, détournés, pour des objets utiles, lavables, réutilisables, zéro déchet.

Comment valoriser chaque produit. Apprenons à détourner, recycler, récupérer et remettre dans le circuit tous ces matériaux. 

Bouts de ficelle et récup de tissus d'ameublement, des lavettes pour la vaisselle,  jolies et durables.

Valoriser les tissus oubliés pour une création écoresponsable

Quelques restes de tissu d'ameublement et voici un sac ample et pratique.

Les serviettes hygiéniques s’inscrivent dans une démarche écoresponsable, durable, zéro déchet.

De la douceur et du confort pour les protections intimes.

Tissus Oekotex pour des protections hygiénique lavables, réutilisables, durables, écoresponsables.

Les protections hygiéniques sont lavables, réutilisables, faciles d'entretien et d'utilisation.

Qui je suis

Comme beaucoup de femmes de ma génération, j’ai appris à coudre en regardant faire ma mère. Elle faisait la plupart de nos vêtements et l’adolescente dite au tempérament d’artiste, trop ronde, trop grande que j’étais à la fin des années soixante a très vite voulu sortir de la sempiternelle robe chasuble écossaise d’alors. Petite, je créais pour mes poupées. A 14 ans je cousais, tricotais, brodais crochetais pour moi ou mes amies.  Je n’ai jamais cessé.

Pendant vingt-cinq ans, après des études d’Art, j’ai dessiné, animé personnages humains et animaux au service du cinéma d’animation. Puis j’ai repris le chemin de l’université et, à dix ans de la retraite, dans cette deuxième vie de travailleur social, j’ai entendu, accompagné des personnes, animé des ateliers permettant que se révèle le potentiel créatif de chacun. En parallèle, j’anime des ateliers dans diverses associations.

 

J’ai un encombrant défaut : je collectionne, chine, récupère et garde les boutons, les tissus, les dentelles, les fils à broder, les accessoires de mercerie les plus improbables. Incapable de jeter le moindre bout de tissu, je finis toujours par lui trouver la forme et l’usage qui le mettront en valeur.

 

De mes années patchwork, il m’est resté une certaine quantité de coupons de très bonne qualité. Cela m’a permis de réaliser pas loin de 1000 masques que j’ai distribués gratuitement jusqu’à ce que l’imposition des nouveaux certificats mettent fin à cette production.

Et c’est dans cette démarche de protection de la planète, refusant le port des masques jetables, que j’en suis venue tout naturellement à coudre des articles zéro déchet pour l’entretien de la maison ou pour l’hygiène.

 

Si, pour la maison, je peux recycler des textiles, tout ce qui touche à l’hygiène corporelle nécessite des produits neufs répondant à des normes sanitaires et écologiques exigeantes.

 

En parallèle de mes créations d’ours, avec ma ligne « Histoire d’Âm’Ours », je crée et couds pour le plaisir que ça me procure, pour faire plaisir aux autres, pour être utile, pour m’inscrire, à mon niveau, dans une démarche éco-responsable et solidaire. 

 

Il est temps que je partage.

La qualité, pas la quantité.

J'aime créer, j'ai toujours des projets et des rêves plein la tête, je ressens les tissus, leurs couleurs, leurs textures, leurs potentiels en fourmillements dans mes doigts. 
Les formes s'imposent d'elles-mêmes. 
Ce processus créateur est inséparable du désir de faire et, donc, m'éloigne d'une production à grande échelle.  

Un projet avec et pour ceux à qui il s'adresse.

Créer, fabriquer c'est aussi un partage, un échange, une façon de dire qui nous sommes à l'autre, une façon de lui dire que nous avons compris, ou du moins essayé de comprendre, ce qu'il attend. 
Je reste à l'écoute des désirs, des  observations, des besoins des autres.  Cela contribue à améliorer mes techniques , à faire évoluer mes productions. 
Les articles d'hygiène essaient de répondre aux exigences esthétiques et éthiques des plus jeunes sans donner aux "anciennes" le sentiment de revenir en arrière.


 

Des articles uniques

Si un même esprit traverse tout ce que je fabrique, il n'y aura jamais deux objets strictement identiques. Même en ce qui concerne les articles d'hygiène, les associations de tissus se font, pour chacun  au moment de la réalisation.

Valoriser les matières.

Pour les objets de décoration c'est le tissu qui fait l'objet. Tout dépend des textiles que je rencontre. Chaque coupon, chaque morceau aussi petit soit-il, est précieux.  Je n'abandonne que si  la matière est fortement dégradée.